«L’époque où les entreprises pouvaient compter sur des bassins de main-d’œuvre disponible qui excédaient le nombre d’emplois est révolue», constate Emploi-Québec dans son plus récent plan d’action. Dans ce contexte de rareté, où le chômage «coexiste», l’adéquation entre les besoins des entreprises et les compétences des travailleurs est plus que nécessaire.

Parmi les nombreuses mesures envisagées cette année, l’organisme prévoit accélérer l’insertion en emploi des personnes prêtes à intégrer le marché du travail. Sa cible à atteindre dans le cadre de ses interventions des services publics d’emploi est de 282 500 nouveaux participants, soit 12 500 de plus qu’en 2014-2015. Après intervention, on vise un retour en emploi pour 142 600 personnes, soit 8 000 de plus que l’objectif de l’an dernier.

Emploi-Québec veut aussi favoriser l’insertion en emploi de la clientèle des programmes d’assistance sociale. On souhaite attirer 102 500 nouveaux participants dans le cadre des interventions des services publics. L’objectif poursuivi est un retour en emploi pour 44 000 d’entre eux, soit 7 000 de plus que la cible de l’année précédente. En juillet, 344 440 adultes bénéficiaient de l’assistance sociale.

Selon les perspectives de l’organisme, près de 1,4 million d’emplois seront à pourvoir d’ici 2022. Le taux de chômage pourrait chuter à 5,7 % dans sept ans, soit 2,3 points de pourcentage de moins qu’en ce moment. Pour financer ses mesures des services publics d’emploi, Emploi-Québec dispose cette année d’un budget d’intervention de 853,1 millions $.

Le Courrier parlementaire, 2015

[En ligne] http://www.portailrh.org/nouvelles/fiche.aspx?f=107231

© 2019 Coeffiscience. Tous droits réservés. Conception & réalisation du site par HPJ.