Actualités du secteur

Les universités canadiennes ont fait bonne figure dans la dixième édition de l’Éco-marathon Shell des Amériques qui avait lieu à Detroit, au Michigan, du 22 au 24 avril derniers.

En décrochant le titre de leur catégorie respective, trois de nos universités ont raflé la moitié des titres attribués lors de cette compétition internationale qui oppose des prototypes ultralégers et écoénergétiques. Ces véhicules de formes diverses sont conçus et fabriqués par des étudiants pour parcourir la plus longue distance en consommant le moins de carburant possible.

L’équipe de l’Université Laval, de Québec, a récupéré le titre de la catégorie « Prototype à moteur à combustion interne à essence » que sa rivale canadienne, l’Université de Toronto, lui avait ravi en 2015. La voiture québécoise a réalisé une consommation de 0,091 L/100 km, une cote supérieure à la consommation record de 0,066 L/100 km obtenue à la même compétition, en 2013.

L’équipe de l’Université de Toronto, dont le véhicule avait jusque-là obtenu une cote de 0,1 L/100 km, espérait conserver le titre de cette catégorie. Malheureusement, lors de la dernière épreuve dynamique, le véhicule n’a pas pu démarrer.

Dans la même catégorie, l’équipe de l’Université Dalhousie de Halifax, en Nouvelle-Écosse, a terminé les épreuves au 5e rang et l’équipe de l’Université Concordia de Montréal au 8e rang. Leurs prototypes ont complété les épreuves avec des cotes de consommation de 0,22 et 0,26 L/100 km respectivement.

Par ailleurs, dans la catégorie « Prototype à moteur électrique à batterie », l’équipe de l’Université de Sherbrooke a décroché la première place devant l’équipe de l’Université de l’État de l’Oregon. Son prototype a réalisé une consommation de 731 km/kWh, alors que celui de sa plus proche rivale n’a pu faire mieux que 414 km/kWh. D’ailleurs, non seulement l’équipe sherbrookoise a-t-elle surpassé la marque de 720 km/kWh établie en 2015, mais elle a poursuivi la tradition victorieuse de l’UdeS, qui avait remporté cette compétition en 2014.

Enfin, dans la catégorie « Prototype à moteur à hydrogène », l’équipe de l’Université Queen’s de Kingston, en Ontario, a devancé les deux autres équipes, étatsuniennes celles-là, qui avaient atteint le stade des épreuves dynamiques. Son prototype a réalisé une consommation de 135 km/m3. Sa plus proche rivale, l’équipe du Wheat Ridge High School de Wheat Ridge, au Colorado, a réalisé une consommation de 112 km/m3 avec son prototype.

Cette dixième édition de l’Éco-marathon Shell des Amériques a attiré à Détroit un nombre record de 124 équipes réunissant plus de 1 000 étudiants provenant de six pays : les États-Unis (y compris Puerto Rico), le Canada, le Brésil, l’Équateur, le Guatemala et le Mexique.

Une idée qui remonte loin

L’idée d’optimiser la consommation de carburant chez cette pétrolière n’est pas nouvelle. Selon le livre Fuel Economy of the Gasoline Engine publié par D.R. Blackmore et A. Thomas, en 1977, des scientifiques d’un laboratoire de la Shell Oil Company de Wood River, en Illinois, s’étaient lancé le défi de parcourir la plus longue distance avec 1 gallon américain (3,79 L) de carburant. C’était en 1939. L’histoire raconte que le vainqueur avait parcouru 49,68 mi. Dans le langage technique d’aujourd’hui, cela représente une consommation de 4,73 L/100 km.

Créé il y a 31 ans en Europe, l’Éco-marathon Shell a en quelque sorte donné une structure à ce genre compétition et en a fait un défi à l’égard des étudiants d’écoles techniques.

En 2007, Shell lui a ajouté un volet américain puis, en 2014, un troisième volet, asiatique celui-là. À cela ses sont ajoutés au fil du temps divers Éco-marathons nationaux (les « Challenger Events » dans le jargon de Shell), qui permettent aux équipes de tester leurs prototypes localement avant de se déplacer à l’une ou l’autre des trois grandes compétitions.

De plus, en marge des classes de prototypes, Shell a ajouté une autre catégorie de véhicules : les« UrbanConcept ». Plus volumineux, il s’agit de véhicules « prêts à rouler » et donc capables de répondre à des besoins plus concrets des conducteurs, en consommant naturellement peu de carburant.

Les véhicules les plus éconergétiques de cette catégorie, qu’on voit également lors des trois grands Éco-marathons, aboutissent à un championnat mondial des pilotes qui, cette année, aura lieu à Londres le 3 juillet. L’équipe de l’Université de l’Alberta à Edmonton y sera pour avoir remporté le titre dans la catégorie UrbanConcept à hydrogène, mais seulement à titre d’observateurs.

Quant à l’édition 2017 de l’Éco-marathon Shell des Amériques, elle aura lieu à Detroit pour la troisième année consécutive, du 28 au 30 avril 2017.

Source : http://fr.autofocus.ca/actualites/dernieres-actualites/eco-marathon-shell-3-universites-canadiennes-victorieuses
© 2019 Coeffiscience. Tous droits réservés. Conception & réalisation du site par HPJ.