Actualités du secteur


Une étudiante de l’École de technologie supérieure (ÉTS) a mis la main sur une bourse d’études de 5000$ de la part de la Fondation commémorative du génie canadien (FCGC) en raison de son leadership et de son engagement communautaire.

«C’est une des fois où j’ai senti le plus que c’était une récompense. Ça vient valoriser les efforts que je mets à l’école et dans la communauté», admet avec beaucoup de fierté Liliya Boyadjieva.

Cette année, quatre autres étudiantes de premier cycle ont mis la main sur cette bourse qui permet aux lauréates de réseauter avec des professionnels du milieu.

«C’est aussi une lueur d’espoir, dans le sens où c’est un spot light que j’espère ne pas être la seule à avoir, évoque l’étudiante de l’établissement d’enseignement du Sud-Ouest. C’est important qu’il y ait de plus en plus de femmes. J’espère qu’il y aura encore plus [de candidates] qui pourront postuler.»

«C’est prouvé que, si tu as plus de diversité au sein d’une équipe de travail, la productivité est meilleure.» Liliya Boyadjieva

Implications

La jeune femme de 23 ans, à mi-chemin au baccalauréat en génie électrique en concentration santé, s’est impliquée dans la communauté, que ce soit dans son domaine ou auprès des jeunes.

Chez Robotique CRC, un organisme à but non lucratif (OBNL) qui met en place des compétitions de robotiques pour les jeunes du secondaire et du cégep, Liliya Boyadjieva a été en mesure d’acquérir de l’expérience assez tôt dans son cheminement. Elle a d’ailleurs participé à des compétitions pendant trois ans.

«C’est cette organisation-là qui m’a ouvert la porte dans le monde du génie. Dès que je ne pouvais plus être participante, j’ai décidé d’intégrer l’équipe de bénévoles», souligne -t-elle.

La jeune femme a ensuite accepté un poste de coordonnatrice. Depuis, elle s’occupe d’organiser la compétition et de s’assurer que l’organisation atteigne le plus de jeunes possible.

Liliya Boyadjieva collabore aussi aux réseaux sociaux et aux évènements pour les Ingénieuses de l’ÉTS, un club étudiant qui fait du réseautage et de la sensibilisation auprès des jeunes femmes en génie.

L’étudiante s’est également engagée à mettre en place de courtes présentations scientifiques pour les jeunes du secondaire. Il s’agit d’ailleurs d’une des implications qui lui a permis de mettre la main sur la bourse de la FCGC.

«Ça permet à des jeunes d’avoir une idée de l’ingénierie. C’est une impression directe. Pour certains, c’est la première fois qu’ils entendent parler de ce domaine-là», explique-t-elle.

La Fondation commémorative du génie canadien remet depuis 1990 des bourses et des possibilités de réseautage afin de promouvoir le génie comme métier d’avenir chez les jeunes femmes.
© 2021 Coeffiscience. Tous droits réservés. Conception & réalisation du site par HPJ.