Actualités du secteur

OTTAWA – Ottawa réévaluera l’efficacité réelle de tous les programmes de formation professionnelle destinés à des groupes «sous-représentés» comme les jeunes, les personnes handicapées et les Autochtones.

Le gouvernement fédéral accorde chaque année des milliers de subventions à des organismes qui, par exemple, mettent en lien des travailleurs qualifiés avec des employeurs intéressés, ou qui dispensent des formations à des travailleurs plus âgés.

Or, ces programmes offrent un taux de succès très variable, a indiqué vendredi la ministre fédérale de l’Emploi, du Développement de la main-d’oeuvre et du Travail, MaryAnn Mihychuk.

Elle a prévenu que les critères d’admissibilité pour ces subventions seront modifiées pour mieux les arrimer à la priorité libérale de créer des emplois pour les jeunes et les Autochtones.

Ottawa examine notamment le programme Stratégie emploi jeunesse, qui a obtenu un budget supplémentaire de 165,4 millions $ cette année du gouvernement libéral.

Mme Mihychuk annonçait d’ailleurs vendredi le financement de 198 nouveaux projets de formation «visant à aider des milliers de Canadiens à acquérir les compétences dont ils ont besoin pour surmonter les obstacles à l’emploi et faire partie de la classe moyenne».

Le financement, qui totalise 65 millions $, sera versé à des organismes partout au Canada pour de la formation en cours d’emploi, comme la sécurité au travail, de même qu’une expérience pratique dans une catégorie professionnelle précise — un métier spécialisé, le commerce de détail, l’hôtellerie et la restauration, l’industrie alimentaire ou les services aux entreprises, par exemple.

L’Ontario se taille la part du lion, avec des subventions de 28,4 millions $; les organismes du Québec obtiendront 10,5 millions $, ceux du Nouveau-Brunswick près de 1,0 million $.

Selon la ministre Mihychuk, il faut aussi absolument simplifier le processus de demande de subventions, très complexe surtout pour les organismes des régions rurales ou éloignées, qui ne disposent pas toujours du personnel qualifié requis pour «remplir le satané formulaire», selon l’expression utilisée par la ministre.

http://www.lactualite.com/actualites/ottawa-evaluera-lefficacite-reelle-des-programmes-de-formation-professionnelle/
© 2018 Coeffiscience. Tous droits réservés. Conception & réalisation du site par HPJ.