Actualités du secteur

La rétroaction ne circule pas seulement du haut vers le bas. Votre supérieur doit aussi bénéficier de commentaires constructifs sur la qualité de son travail... mais il peut être intimidant pour un employé d’en formuler. Nos conseils.

Vous estimez votre patron et vous vous réjouissez de son dernier bon coup ? Il faut le lui dire. Sa mauvaise gestion d’une crise vous préoccupe ? Il faut aussi le lui dire ! Bien sûr, l’approche à adopter sera différente dans un cas ou l’autre, mais l’employé gagne aussi à se montrer sensible aux besoins de reconnaissance et de rétroaction de son supérieur immédiat.

« La solitude du patron est un fait très documenté », dit Herman Champagne, CRHA, consultant en ressources humaines ayant travaillé dans presque tous les milieux au fil de sa longue carrière. « Souvent, le supérieur ne recevra jamais de commentaires sur son travail si ses employés ne lui en donnent pas. Il n’a pas toujours lui-même un superviseur qui l’observe et peut lui offrir de la rétroaction. »

Souligner les bons coups

Ne soyez pas timides. Il y a vraiment peu de chances que vos compliments soient mal reçus. Le conseil d’Herman Champagne est simple : soyez spontanés et authentiques dans vos éloges. « Dites immédiatement au supérieur, pendant que le fer est chaud, que vous avez aimé son approche de telle situation ou que vous appréciez son leadership dans tel dossier en cours. Faites-le en privé ou devant les collègues, peu importe, tant que vous prenez le temps d’expliquer concrètement quelle action vous a semblé efficace et comment elle pourrait, à votre avis, être à nouveau utile au travail de l’équipe dans le futur. »

La clé est donc le caractère constructif de la reconnaissance exprimée. Il est toujours mieux de faire en sorte que le compliment rebondisse dans les méthodes de travail du supérieur et lui permette de répéter ses bons coups. « Néanmoins, un compliment gratuit, simple, lui fera aussi plaisir et ne fera de mal à personne, ajoute Herman Champagne. Il ne faut pas en abuser, pour ne pas amoindrir l’effet de vos paroles et pour leur donner toute leur valeur, mais une fois n’est pas coutume ! »

Offrir une rétroaction négative

Il faut être plus méticuleux lorsque vient le temps de critiquer le travail de votre supérieur. « La critique sera bien reçue si vous êtes un employé digne de confiance et influent, dont le sens du travail d’équipe est reconnu », souligne le consultant.

Si ce climat favorable est établi, sollicitez un rendez-vous privé avec le supérieur et exposez-lui la situation sur un ton calme, en insistant sur votre perception des choses, en parlant au « je » et en évitant l’attaque personnelle. Voilà la meilleure façon de lutter contre votre inconfort et de garder la conversation civilisée.

« Surtout, il faut suggérer des solutions et offrir votre aide pour améliorer la situation. Si votre critique se contente d’énoncer les problèmes sans y mettre davantage de réflexion, votre rétroaction sera ignorée », dit le consultant en Herman Champagne.

Finie la rétroaction à sens unique !

Source : Journal de Montréal
© 2019 Coeffiscience. Tous droits réservés. Conception & réalisation du site par HPJ.