Actualités du secteur

L'approvisionnement de pétrole dans l'Ouest canadien excède la capacité pipelinière quotidienne actuelle de 365 000 barils, selon un nouveau rapport de l'Office national de l'énergie intitulé Approvisionnement de pétrole brut dans l'Ouest canadien, marchés et capacité pipelinière rendu public aujourd'hui.

Ce rapport explique le déséquilibre qui existe entre l'approvisionnement et la capacité de transport du pétrole vers les marchés, ainsi que les facteurs qui ont contribué à creuser l'escompte (appelé « différentiel de prix ») qui frappe le pétrole brut canadien. On y décrit aussi le fonctionnement du mécanisme de répartition de la capacité pipelinière au Canada. 

Le ministre des Ressources naturelles, l'honorable Amarjeet Sohi, a récemment demandé conseil à l'Office sur la façon d'optimiser la capacité de transport du pétrole sur les réseaux pipeliniers et ferroviaires actuels. Le rapport servira de toile de fond au conseil que l'Office formulera au ministre en février 2019, après avoir consulté de nombreux acteurs du secteur.

L'Office publie régulièrement des documents sur l'offre, la demande et l'infrastructure énergétique dans le cadre de son mandat de surveillance constante des marchés.

Citation
Au moment où le Canada est aux prises avec des prix de pétrole réduits et une capacité pipelinière qui ne suit pas le rythme de croissance de la production, l'Office national de l'énergie est heureux d'avoir la possibilité de faire profiter le ministre de son expertise. Nous examinerons l'infrastructure énergétique actuelle afin de déterminer si des gains d'efficacité sont possibles sur les réseaux actuels.

- Jean-Denis Charlebois, économiste en chef de l'Office national de l'énergie

En bref
  • Le bassin sédimentaire de l'Ouest canadien (« BSOC ») est la principale zone de production pétrolière au Canada et on y trouve du pétrole brut classique et des sables bitumineux.
  • On estime la capacité de transport disponible actuelle par pipelines à 3,95 millions de barils par jour (« Mb/j »).
  • Un volume de 4 153 Mb/j de pétrole était disponible pour l'exportation à partir du BSOC, mais seulement 3,788 Mb/j ont été acheminés par les pipelines, selon les estimations.
  • Les réseaux pipeliniers sont le principal mode de transport du pétrole brut canadien, bien qu'un certain volume transite par trains et camions.
  • Le Transport de brut par chemin de fer a atteint de nombreux sommets en 2018; cette tendance s'est poursuivie en octobre, avec un volume de 327 229 b/j, soit 2,4 fois le volume d'il y a un an. 

Source : Le Lezard
© 2019 Coeffiscience. Tous droits réservés. Conception & réalisation du site par HPJ.