Actualités du secteur

Le milieu de la recherche dans son ensemble se réjouit des investissements que le nouveau gouvernement fédéral lui a consentis dans son premier budget. Il y voit un premier rattrapage qui permettra de financer plus adéquatement la recherche fondamentale ainsi que sur les sciences de l’environnement qui ont été particulièrement négligées sous le règne des conservateurs. 

Au cours de la dernière décennie, la recherche publique et le développement ont connu un sérieux déclin, le Canada passant du 3e au 8e rang parmi les pays de l’OCDE. « Ce nouveau financement nous permet d’espérer de remonter la côte », a confié au Devoir Jean-Marc Mangin, directeur général de la Fédération des sciences humaines. 

Hausses permanentes

Les trois agences fédérales de financement de la recherche universitaire voient enfin leur financement global s’accroître de 95 millions par année par rapport à ce qu’avaient promis les conservateurs, et ce, de façon permanente. De ce montant, les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) recevront chacun 30 millions, le Conseil de la recherche en sciences humaines (CRSH), 16 millions, et le Fonds de soutien à la recherche au titre des coûts indirects, 19 millions. « Il s’agit de la plus importante bonification du financement annuel de la recherche fondamentale en plus de 10 ans », souligne Martin Leroux, responsable des relations avec les médias du CRSNG. 

Pour le CRSH, il s’agit d’une augmentation de 6,3 % de son financement. Avec ce nouvel apport d’oxygène, on favorisera « les projets de recherche dite fondamentale, laquelle était sous-financée depuis plusieurs années ». Le taux de succès des demandes de financement avait fondu de 10 points, « passant de 30 % à moins de 20 % », précise M. Mangin qui salue ce réinvestissement qui « permettra de commencer à remonter la côte » et qui « redonnera espoir aux jeunes chercheurs qui, découragés, s’abstenaient de soumettre des demandes de fonds ». « Le fait que le CRSH soit l’agence qui a reçu la plus grande augmentation de son financement est un message important de la part du gouvernement qui montre ainsi que les sciences humaines font partie des solutions ». 

Avec cet ajout, le CRSH devrait accorder un soutien plus marqué aux « questions culturelles et économiques de conciliation avec les peuples autochtones qui n’ont pas reçu le soutien qu’elles méritaient et qui suscitent actuellement un vif intérêt, et aussi aux recherches sur les dimensions humaines, sociologiques et organisationnelles de la réponse que nous devrons adopter par rapport aux changements climatiques ». 

Génome Canada récolte pour sa part 237 millions sur trois ans et compte les utiliser pour encourager la recherche sur les soins de santé personnalisée, « un domaine où les chercheurs québécois se distinguent et ont beaucoup de succès », affirme Marc Le Page, président et chef de la direction de Génome Canada, et des projets de génomique appliquée effectués en partenariat avec l’industrie ou des organismes gouvernementaux : par exemple ce projet réalisé par des chercheurs de l’Université Laval et des scientifiques de la coopérative laitière Agropur qui vise à mettre au point des outils de génomique permettant de contrôler la qualité des cultures bactériennes qui servent à la fabrication de fromages fins dans le but d’accroître la productivité. 

Installations de recherche

Le budget prévoit également des investissements de 2 milliards sur trois ans dans des projets d’infrastructure visant à améliorer et à moderniser les installations de recherche, ainsi que les établissements d’enseignement postsecondaire. Un montant de 197 millions sera également accordé à Pêches et Océans Canada, et dont une part devra être attribuée à la recherche menée dans la Région des lacs expérimentaux du nord-ouest de l’Ontario, le financement de ce programme ayant été interrompu par les conservateurs au grand dam de la communauté scientifique du monde.

Le Devoir, 2016
[En ligne] http://www.ledevoir.com/societe/science-et-technologie/466366/sciences-les-chercheurs-rejouis-du-rattrapage
© 2019 Coeffiscience. Tous droits réservés. Conception & réalisation du site par HPJ.