Actualités du secteur

Rien ne justifie d'attendre pour interdire les pesticides néonicotinoïdes, clame Équiterre, qui accuse Ottawa de servir les intérêts de l'industrie au détriment de la santé de la population. L'organisation enjoint au gouvernement fédéral de les interdire d'ici la fin de l'année, comme le fera l'Union européenne.

Le mouvement écologiste accentue la pression sur la ministre canadienne de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, pour qu'elle accélère l'interdiction envisagée au pays des principaux néonicotinoïdes.

Ottawa terminera en novembre ses consultations publiques sur sa proposition d'interdire trois de ces insecticides (imidaclopride, thiaméthoxame et clothianidine) dits systémiques, car absorbés par les plantes et transportés vers tous leurs tissus, et qui sont responsables de l'effondrement des populations d'abeilles dans le monde.

L'interdiction canadienne proposée entrerait en vigueur de trois à cinq ans après la décision formelle, qui pourrait n'être prise qu'en 2020.

«C'est incompréhensible, ce délai-là!», s'est exclamé lors d'un entretien avec La Presse le directeur général d'Équiterre, Sidney Ribaux, rappelant l'interdiction complète de tous les néonicotinoïdes entrée en vigueur le mois dernier en France ainsi que l'interdiction européenne à venir, qui prévoit la fin de l'utilisation extérieure des trois principaux «néonics» d'ici la fin de l'année.

Dans une lettre ouverte adressée à la ministre Petitpas Taylor et publiée aujourd'hui dans nos pages, M. Ribaux écrit que ce délai va «à l'encontre de [son] mandat de protéger notre santé et celle de notre environnement».

«Si un médicament était connu pour entraîner des effets secondaires graves, serait-il laissé sur les tablettes pendant plusieurs années?», peut-on lire dans la lettre d'Équiterre adressée à la ministre canadienne de la Santé.

Au service de l'industrie?

C'est de l'Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA), qui relève de Santé Canada, qu'émane la proposition d'interdire les néonicotinoïdes.

L'ARLA affirmait notamment en 2016 que les niveaux d'imidaclopride relevés dans les cours d'eau «sont nocifs pour des insectes aquatiques».

Si elle prend autant de temps pour les interdire, c'est pour permettre à l'industrie de s'adapter, de l'aveu même de son directeur général de l'évaluation environnementale, Scott Kirby, qui a déclaré dans une conférence de presse en août dernier que ce délai était nécessaire pour «le développement et l'homologation de produits alternatifs», rapportait Le Devoir.

«On a une agence qui n'est pas structurée pour protéger le public, elle est structurée pour répondre aux besoins de l'industrie», s'insurge Sidney Ribaux, qui craint qu'au bout du compte, «on remplace un produit dangereux par un autre produit dangereux».

Questionné par La Presse sur la pertinence d'attendre potentiellement jusqu'en 2025 pour qu'entre en vigueur l'interdiction des néonicotinoïdes, l'attaché de presse de la ministre canadienne de la Santé, Thierry Bélair, a répondu qu'«aucun risque ne justifie une action immédiate».

Des pesticides «pour rien»

Sidney Ribaux estime qu'un délai d'un an serait suffisant pour permettre aux agriculteurs «de s'adapter et d'acheter autre chose» que des néonicotinoïdes.

«Partout sur la planète, il pousse du maïs sans pesticides, illustre-t-il. Les méthodes existent.»

La difficulté à laquelle les agriculteurs font face est de trouver l'expertise, estime Sidney Ribaux, qui déplore les «conflits d'intérêts» des agronomes qui les conseillent actuellement et appelle l'État à jouer un rôle d'accompagnement.

«Les agriculteurs se fient aux vendeurs de pesticides pour faire leur choix [d'un traitement approprié]», déplore l'écologiste.

«Il y a un paquet d'agriculteurs très préoccupés [par les néonicotinoïdes], car ils ont besoin des abeilles pour la pollinisation» de leurs cultures, souligne Sidney Ribaux.

Les agriculteurs sont aussi «les premiers exposés» à ces produits chimiques dont certaines recherches démontrent qu'ils pourraient avoir des effets sur les humains, poursuit-il.

Le comble pour les écologistes, c'est que ces pesticides sont très peu efficaces.

«Des études au Québec et aux États-Unis ont démontré que le taux d'efficacité de l'enrobage des semences est d'au mieux 5%, donc dans 95% des cas, on épand des pesticides pour rien», souligne Sidney Ribaux, d'Équiterre.

Équiterre a aussi lancé une pétition faire bouger la ministre Ginette Petitpas Taylor.

«Ça prend une pression populaire pour faire en sorte que le gouvernement interdise immédiatement les néonicotinoïdes», considère Sidney Ribaux.

Source : La Presse 
© 2018 Coeffiscience. Tous droits réservés. Conception & réalisation du site par HPJ.